Dans cette adaptation du chef-d’œuvre comique de Tchékhov, il s’agit d’une histoire de coups de foudre amoureux qui s’entrechoquent, dans laquelle les marionnettes, les personnages et les marionnettistes s’attirent, s’aiment, se désirent… En démultipliant les personnages, en créant un effet de miroir entre marionnettistes et marionnettes, la passion des uns, puis des deux autres, puis des quatre à la fois, participeront à cette spirale hyperbolique de folie amoureuse que nous propose la farce de Tchékhov.

Un grand chant d’amour à quatre voix ! Jubilations sensibles, intellectuelles et vertigineuses qui croîtront au fil des scènes.

L’Ours, comédie en un acte est l’une des farces les plus drôles. Elle oppose deux propriétaires terriens, Popova, veuve depuis sept mois, qui s’est retirée du monde et Smirnov, un exploitant à qui son défunt mari devait de l’argent. Il vient la harceler comme un ours pour le lui réclamer, lui-même tenu par ses propres dettes. Désespéré, mais surtout très en colère devant le refus de Popova, Smirnov décide de rester chez elle jusqu’à ce qu’elle le paie. Le créancier goujat sera bien surpris lorsque la veuve sortira une arme à feu pour le provoquer en duel…

TRADUCTION:

Elsa Triolet

MISE EN SCÈNE:

Cyril Kaiser

AVEC

MARIONNETTES ET SCÉNOGRAPHIE:

Christophe Kiss

LUMIÈRE:

Alex Kurth

COSTUMES:

Verena Dubach

MAQUILLAGE ET COIFFURES:

Kathrin Zingg

CONSTRUCTION DÉCOR:

Till Girardier

PEINTURE DÉCOR:

Samantha Kiss

UNE PRODUCTION DU THÉÂTRE DU SAULE RIEUR